François Corre, objectif Route du Rhum (logo)François Corre, objectif Route du Rhum

François Corre est un skipper amateur. On s’est intéressé à lui parce qu’il participe pour la première fois à la Route du Rhum. On l’a rencontré à Saint-Malo, le 16 octobre 2018, près des pontons. Le skipper

A quel âge avez-vous commencé la voile ? J’ai commencé vers 6/7 ans en faisant de l’optimist. Mais je n’aimais pas trop ça ! Et puis, plus tard, j’ai commencé à prendre du plaisir car je commençais à mieux maitriser.

Avez-vous déjà fait une course à la voile ? Oui bien sûr. Je navigue régulièrement en équipage.

Avez-vous déjà gagné une course ? Oui je suis arrivé premier cette année sur la course Cawe-Dinard. C’est une course qui part du sud de l’Angleterre. J’ai aussi très souvent fait 2e de ma catégorie.

Avez-vous déjà traversé l'océan Atlantique ? Oui ce sera ma 3e traversée de l’Atlantique et pour le bateau ce sera sa 4e Route du Rhum.

La course

Comment faites-vous pour vous qualifier pour la Route du Rhum? Est-ce que c'est difficile? Il faut payer ! Et oui la voile est un sport où il faut payer pour participer… Il faut aussi surtout avoir un bateau ! Et avoir navigué au moins 1 200 miles en solitaire. Et enfin il faut subir un test médical.

Y a-t-il un nombre de participants maximum pour cette course? Oui normalement c’est 120 participants mais cette année les organisateurs ont accordé quelques dérogations et il y en a quelques-uns de plus.

Quelle est la catégorie de votre bateau? Vous connaissez les classes de la Route du Rhum ? Il y a les Ultimes, ce sont les très grands catamarans ; les Imocas ce sont les monocoques de 18 pieds ; les Multis 50 ; La class 40 ; la Class Rhum mono et la classe Rhum Multi, ce sont tous les bateaux qui n’entrent pas dans les autres catégories. Mon bateau est dans la classe Rhum Multi.

Faites-vous partie des favoris dans votre catégorie? Je suis ce qu’on appelle un « outsider ». Ça veut dire qu’il n’est pas prévu que je gagne dans ma catégorie. Mais je vais quand même tout faire pour gagner !

Êtes-vous fier d'avoir le même bateau que Mike Birch ? Oui je crois que je peux dire que je suis fier, surtout pour le 40e anniversaire, qu’il y ait un bateau comme celui avec lequel Mike Birch a gagné en 1978. Il existe 5 bateaux comme celui de Mike Birch dont le mien. Ce bateau est entré dans la légende car en 1978 Mike Birch avait battu le 1er grand monocoque avec 98 secondes d’avance !

Est-ce que vous espérez faire mieux que Mike Birch en 1978 ? Mon but surtout c’est de finir la course. Pour faire mieux cela va dépendre beaucoup des conditions météo. En tout cas le bateau est certainement plus prêt qu’il y a 40 ans !

Quel est votre objectif pour la Route du Rhum ? Je pense mettre entre 21 et 25 jours pour arriver en Guadeloupe.

Comment allez-vous faire pour revenir de Guadeloupe ? Je vais rentrer en avion et mon bateau rentrera sur un cargo avec d’autres bateaux qui auront également fait la course.

Pouvez-vous croiser des requins, des dauphins, des baleines ? Des requins oui mais jamais des très gros requins. Je rencontre des requins pèlerins et aussi des tout petits requins du côté de la Guadeloupe. Je croise souvent des dauphins, en Manche on les appelle les grands dauphins. Au niveau des Açores on peut voir des baleines mais c’est plus rare.

Le bateau et la vie à bord

Est-ce que le bateau est difficile à manœuvrer ? Ce qui est important c’est de beaucoup s’entrainer avec le bateau. C’est ce que j’ai fait et j’ai cassé tout ce qu’il y avait à casser comme ça je suis sûr d’être prêt pour le départ !

Combien emportez-vous de voiles et quelle est la surface de votre grand-voile? J’en ai 7 au total. La grand-voile fait environ 50m2 et le mât mesure environ 13 mètres.

Est-ce qu'il y a un radar sur le bateau ? Oui mais il consomme beaucoup d’énergie alors j’utilise plutôt l’AIS qui est un système facile à utiliser qui permet de connaitre la position et l’identité des navires dans la même zone que moi.

Avez-vous un pilote automatique? Oui il me permet simplement de maintenir un cap. J’ai 2 tableaux de bord à l’extérieur plus un ordinateur. Et j’ai aussi une tablette pour commander mes appareils à distance.

Comment allez-vous faire pour dormir, vous laver, manger et boire? Pour dormir j’ai un lit à l’intérieur de la coque centrale et un transat que j’installe où je veux dehors. J’utilise les flotteurs du côté pour stocker du matériel. Au départ on ne se lave pas car on part au mois de novembre, période où il fait froid. Mais par contre je me lave les dents 3 fois par jour, c’est important ! Après quand on arrive du côté des Açores, là où il fait meilleur, on utilise des lingettes comme les bébés. Et puis aussi lorsqu’on approche de la Guadeloupe, parfois il pleut alors je me mets sous la grand-voile qui récupère l’eau et cela fait comme une douche. Cela fait du bien un peu d’eau douce ! En mer on mange quand on a faim. J’emporte un peu de plats lyophilisés mais ce n’est pas très bon, je préfère me préparer des pâtes ou me réchauffer des plats avec de la sauce. J’ai un petit réchaud pour cela. Souvent je mange directement dans la casserole car je suis tout seul alors c’est moi qui doit faire la vaisselle !

Avez-vous un dessalinisateur?

Non j’emporte des packs d’eau. Je prévois environ 2 litres par jour.

La sécurité

Avez-vous une alarme s'il y a de l'eau qui entre dans le bateau ? Non mais comme mon bateau n’est pas très grand si cela arrive je m’en rends compte très rapidement !

Avez-vous une alarme (anti-collision) si le bateau rencontre un obstacle ? Non je n’ai pas d’alarme pour me prévenir qu’il y a un obstacle par contre j’ai une alarme qui m’indique si un autre bateau a le même cap que moi. En principe la navigation en solitaire est interdite par les lois maritimes internationales justement car il faut toujours que quelqu’un surveille le cap. Mais les français aiment bien ne pas faire comme les autres alors ils ont organisé la Route du Rhum !

Comment faites-vous s'il y a une tempête ? Lorsqu’il y a une tempête je réduis les voiles et je me laisse porter par le vent…

Est-ce que vous avez un radeau de survie? Oui il se gonfle au gaz. Mais le but c’est de ne pas l’utiliser car ce n’est pas stable et cela ne tient pas bien gonflé très longtemps. L’avantage d’un trimaran c’est que j’ai 3 coques donc même s’il y a une coque de cassée le bateau ne va pas couler.

Est-ce que pendant la course vous allez aider un autre skipper si quelqu'un a un problème? Oui si avec mon petit bateau je peux faire quelque chose je le ferai. Mais souvent ce sont plutôt les cargos qui sont déroutés pour porter secours.

Pouvez-vous téléphoner ? Au départ de la course mon téléphone portable fonctionne mais au bout d’un moment on ne capte plus. Je peux alors utiliser le téléphone satellite mais cela coute très cher alors c’est réserver aux urgences pour appeler le médecin par exemple.

Est-ce que vous emportez des médicaments ?

Oui beaucoup ! Il y en a même que mon médecin ne doit pas connaitre !

Quelle est la situation dont vous avez le plus peur ? J’y vais pour me faire plaisir pas pour me faire peur ! Mais ce que je n’aime pas ce sont les vagues trop serrées. Propos recueillis par les élèves de CM1 de l’école les Tilleuls